Lors des stages de pilotage en haute montagne à Briançon, qui n’a pas posé au sommet du Chaberton, le « cuirassé des nuages », un des 3000 mètres situé à proximité de la plus haute ville de France ? Nous vous livrons un documentaire très bien documenté sur l’histoire de la bataille d’artillerie qui a eu lieu trois jours après l’appel du général de Gaulle, le 21 juin 1940 et qui a permis la destruction d’un ouvrage réalisé par les italiens et qui aurait permis à Mussolini de récupérer une partie du territoire français.

Le Chaberton aujourd’hui avec les tourelles détruites.

Bien que ce fait historique n’ait rien à voir avec l’aéronautique, je suis sûr de l’intérêt qu’il suscitera auprès de nos adhérents, en particulier ceux qui ont réalisé des posés au sommet de l’ouvrage, ce qui leur donnera une idée différente du site sur lequel ils effectuaient leurs passages stabilisés ou leurs approches.

Les tourelles de 150 mm.

Cet exploit est l’œuvre du lieutenant Miguet, jeune officier polytechnicien ( l’artillerie est bien l’affaire des matheux ), commandant de la 6ème batterie d’artillerie du 154ème RAP (régiment d’artillerie de précision) qui profite des particularités du terrain, pour déclencher plusieurs salves d’obusier de 280mm sur les huit tourelles de canons de 150 mm italiens situées à 10 kilomètres de distance de tir et de les neutraliser.

Le lieutenant Miguet.

Mais ce qui est encore plus surprenant c’est que ses positions de tir sont situées à 1200 m d’altitude en-dessous de l’objectif tenu par les italiens.
Les mortiers étaient en contre-pente du mouvement de terrain de l’Infernet et du Gondran, très près de Briançon, et hors de vue donc des Italiens.

Une belle distance de tir, sous un angle incroyable.

Dans ce contexte, les français ont dû calculer des abaques de tir particulières à cette situation unique dans les annales de l’artillerie.

Un tir incroyable autant par la distance que par l’emplacement.

Ce haut fait historique illustre à la fois le savoir-faire des artilleurs de montagne, et constitue un incroyable fait d’armes français, lors de la bataille de France.

Un obusier de 280 mm utilisé par les français.

C’est l’histoire en images racontée par l’équipe des Historateurs. N’oubliez pas de liker en fin de vidéo… Et pour nos jeunes actifs, lorsqu’ils poseront leurs patins au sommet du Chaberton, ils verront ce sommet sous l’angle de l’histoire. Un angle qui mérite autant d’attention que leur angle d’approche…

https://www.youtube.com/watch?v=yFSyowiJ-Zo

N’hésitez pas également sur le même sujet à regarder la vidéo de Jean-Luc Charton, avec un autre point de vue sur le même sujet et de très belles images.

https://www.youtube.com/watch?v=Ms4qSWHpjuw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également